Visiter les Monuments de la francophonie



Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP)

Site du Monument :
Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP)
435, rue Donald
Ottawa (Ontario) K1K 3M7

Date du dévoilement : 5 septembre 2007

Bernard Grandmaître, président d’honneur, Monuments de la francophonie d’Ottawa

Jean-Luc Bernard, président, Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP)

Projet réalisé par le District Numéro 1 du Richelieu International.

Fondée à Ottawa en 1944, la Société Richelieu est devenue en 1955 le Richelieu International qui regroupait 275 clubs de service répartis dans sept districts et dans une douzaine de pays francophones. Voué à l’épanouissement de ses membres et à la promotion de la francophonie, il a mené des actions socioculturelles et humanitaires surtout axées sur la jeunesse. Les 20 clubs du District Numéro 1 couvraient la Ville d’Ottawa, l’Est ontarien et l’Outaouais.

Fondé en 1974, le Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP) est au service de l’éducation en langue française en Ontario et au Canada. Véritable centre multiservice, il offre un éventail diversifié de ressources et de services destinés à soutenir les écoles, les conseils scolaires, divers organismes et le grand public : édition et diffusion de ressources pédagogiques, apprentissage électronique, formation et la Librairie du Centre.

Le drapeau franco-ontarien

Hissé pour la première fois en 1975, le drapeau franco-ontarien comporte deux parties : celle de gauche arbore une fleur de lys blanche (symbole de la francophonie mondiale) sur fond vert, et celle de droite, une fleur de trille verte (emblème floral de l’Ontario) sur fond blanc. En 2001, le gouvernement provincial a reconnu ce drapeau comme un des emblèmes officiels de l’Ontario.

La communauté francophone dans son ensemble et ses réalisations

Les Canadiens français occupent une place de choix dans la vallée de l’Outaouais depuis les fondations de Wrightstown en 1800, et de Bytown en 1826. Ce sont des colons venus pour la plupart de la province du Québec et ils travaillaient à la construction du canal Rideau (1825-1832) dans les chantiers et à l’exploitation des ressources forestières. D’une petite ville industrielle, Ottawa s’est transformé en capitale d’un nouveau pays où les francophones ont laissé leur marque dans l’histoire : fondation de la première école bilingue (1845) et du premier hôpital général (1848) par les Soeurs de la Charité d’Ottawa, érection du diocèse catholique et fondation par les pères Oblats du premier collège (1848) qui deviendra l’Université d’Ottawa, fondation des paroisses, et ouverture d’écoles, de collèges et de pensionnats. Des institutions ont préservé la langue et la culture française : l’Institut canadien-français, la Société Saint-Jean-Baptiste, l’ACFO d’Ottawa, le journal Le Droit, les clubs Richelieu, le Festival franco-ontarien et La Nouvelle Scène Gilles Desjardins. Les francophones ont obtenu successivement l’établissement d’écoles secondaires publiques de langue française (1968), le parachèvement des écoles catholiques (1984), La Cité collégiale (1990) et la gestion de leurs conseils scolaires (1998).

La jeunesse

Les mouvements de jeunesse et d’action catholique ont été nombreux à Ottawa et les organismes se sont succédé au fil des ans : l’Association catholique de la jeunesse canadienne (ACJC), le mouvement scout de langue française (1re Notre-Dame d’Ottawa) et toutes ses branches (les louveteaux, les éclaireurs, les pionniers, les jeannettes, et les guides), la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC), la Jeunesse Ouvrière Catholique (JOC), les sections juvéniles de la Société Saint-Jean-Baptiste, l’Association de la jeunesse franco-ontarienne (AJFO), l’Association provinciale des mouvements de jeunesse de l’Ontario français (APMJOF), Direction-Jeunesse (DJ) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO).

Les Jeux franco-ontariens constituent, depuis 1994, le plus grand rassemblement annuel de la jeunesse franco-ontarienne. Chaque année, au cours du mois de mai, plusieurs centaines de jeunes d’écoles secondaires de l’Ontario se rassemblent pour faire valoir leurs talents. Tous les ans, divers tournois sportifs franco-ontariens animent la jeunesse, comme le Tournoi franco-ontarien de soccer. Les jeunes ont participé à titre de bénévoles aux éditions annuelles du Festival franco-ontarien, à la lutte au sein du mouvement SOS Montfort et ont été les maîtres d’oeuvre de l’Orchestre symphonique des jeunes de l’Ontario français (OSJOF).

Les mouvements féminins

Des groupes de femmes se sont mobilisés pour obtenir la reconnaissance des droits juridiques des femmes et une nouvelle définition de la situation de la femme dans la société canadienne. Elles ont milité pour le droit de vote (mouvement des suffragettes), la tempérance, le salaire égal pour un travail de valeur égale à celui des hommes, les congés de maternité payés, la promotion fondée sur les critères utilisés pour les hommes, l’élimination du harcèlement et de l’exploitation, ainsi que contre la pauvreté et l’immoralité.

Les femmes francophones ont créé leurs organismes dès le début de la Première Guerre mondiale : la Fédération des femmes canadiennes-françaises (1914), l’Union catholique des fermières de l’Ontario (1937), qui se scinde en 1968 pour former l’Union culturelle des Franco-Ontariennes et l’Association des fermières de l’Ontario, le mouvement des Guides catholiques franco-ontariennes (1934), la Société d’étude et de conférences (1946), le cercle des femmes journalistes de l’Outaouais (1960-1993) et le Cercle des femmes (1983), la Table féministe francophone de concertation provinciale (1992) et le Réseau socio-action des femmes francophones (1989) sont des organismes qui ont regroupé des femmes francophones d’Ottawa.

Les retraités et les aînés

Les aînés francophones ont contribué à l’épanouissement et à la vitalité de leur communauté. Ils ont été bénévoles dans les domaines de la santé et des services sociaux, de la culture et des loisirs et ils se sont préoccupé, par exemple, des questions liées aux services à domicile et au logement. Les retraités et les aînés ont mis sur pied de nombreuses associations et ont pris la place qui leur revenait dans la société, tout en participant pleinement à son évolution.

C’est à Ottawa, en 1977, qu’a été fondée la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO). La Fédération est devenue un organisme provincial regroupant plus de 16 600 aînés franco-ontariens. Le Centre Pauline Charron, auparavant le Club 60 (depuis 1963), le Centre Séraphin-Marion (depuis 1987), Retraite en action (depuis 1997) et le Rendez-vous des aînés francophones (depuis 2005) ont été des lieux de rencontres, d’échanges, de références, de consultations, de renseignements et d’activités répondant aux besoins des aînés. Les établissements tels que le Centre d’accueil Champlain, le Manoir Belcourt-Appartements Héritage, le Manoir Gallien, le Manoir St-Joseph et la Résidence Saint-Louis ont offert un lieu de résidence pour les aînés d’expression française.

Les Bâtisseurs

Jack Equipement

Virtuo.CA CMSTechnologies

BMR/Builders Warehouse

Le Droit

Martel et fils

Le cimetière Beechwood

Lafarge

Coffrage de béton Linden

The Thompson Rosemount Group

Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens

Mareil Lavallée

Michel Gratton Consultant

Office des affaires francophones – Gouvernement de l’Ontario

Société Ardenn

ACFO Ottawa

Donald George

AFÉMO

Association des gestionnaires de l’éducation franco-ontarienne

Caisse Populaire Trillium

Conseil des écoles catholiques de langue française du Centre-Est (CECCE)

Etienne Ranger – Photographe

La Cité collégiale

Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO)

Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario

Linguistes – CFORP 2007

Gilles Surprenant consultant

TFO

Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario

Jacques Arseneault

Lina Arseneault

Marcel/Aline Arseneault

Renée Arseneault

Suzanne Arseneault

Yvon/Anita Arseneault

Annette Bisson

Gabrielle Rezet

Robert Soroka

Cons Georges Bédare

Famille Bélanger Cousineau

Penny Bell

Françoise Boucher

J F et Judith Bélanger

Luc C Bigras

Jack et Judith Boisvert

Pierre et Lise Boisvert

Mimi et Alain Vachon

Julie et Gerry Morin

Jean et Mélanie Boisvert

Éric Boisvert

Mathieu Boisvert

Renée Morin

Isabelle Morin

Émilie Boisvert

Éliane Boisvert

Benoit Boisvert

Jacqueline Boulianne

Charlotte Calen

Tréva Cousineau

La Fammille Boylan

Famille Paul Brulé

Sylvain Bureau

Famille George et Line Caron

Reina D-L/Francine C-P

Lise Chartrant

Suzanne et JM Chenier

Famille Cyr-Cooke

Les De Courville Nicol

François Dumaine

Pierre/Lucille Garneau

Annette et Edgar Gallant

Gilles et Louise Guindon

Famille Génilas

Michel Goulet

Henn Gratton

Yolande Grisé

Lorraine Groulx

Famille Hébert-Wenzi

En Mémoire Claude Hotte

Laurent GR Joncas

Famille Léopold Lacroix

Famille Gérard Grandmaître

Richard A. Laliberté

Francine / Mike Lalonde

Gilles et Gisèle Lalonde

Famille Omer Lalonde

Fr Maurice Lapointe EC

Bernadette LaRochelle

Dr L et Mme M Leblanc

Gilles et Nicole Leroux

  1. Lesvesque H. Gauthier

Roland Madou

Christian Marcoux

Michael Mcguire

Madeleine Meilleur

Famille Mongrain-Lalonde

Body et Geneviève Ngoy

André et Denise Paradis

Linda et Dirceu Penteado

Yvon et Andrée Major

Famille Z et M Régimbal

M L Robineau /G A Girouard

Charlaine Savard

Léopold Séguin

Viviane Thomas

D et O Vaillancourt

Dr LG et Mme Lise Walker

Michel Gratton

Paul Charbonneau

Véronique Patry

Jasmin Patry